Les visites éducatives

Bernt et Yngve inspectent le moteur

Aujourd’hui nous nous sommes réveillés dans Lisanga, la maison d’hôtes de la Eglise CEC à Matadi. Il ya de nombreux invités ici en ce moment, et nous avons obtenu une salle provisoire à côté du restaurant quand nous sommes arrivés hier. Aujourd’hui, nous allons déménager à la Villa Présidentielle. Le nom donne l’impression que la maison est quelque chose de spécial, mais ce n’est pas le cas. Quoi qu’il en soit, nous sommes parfaitement heureux. Je vais obtenir un espace de bureau ici, ce qui est essentiel compte tenu de tous le travail au bureau que je fais. Nous documentons tous les accords, celui-ci la nécessité d’un bureau.

Cette journée a été réservée aux visites éducatives aux membres du groupe premier des entrepreneurs. Les visites éducatives font partie de nos suivis. Nous avons commencé avec Axel Biongo. Il a investi dans 120 poulets. Ils sont maintenant en plein essor, portant entre 90 à 105 œufs par jour. Axel a discuté de deux problèmes avec nous. Le prix de l’alimentation des poulets a augmenté de 60% et le prix des œufs a diminué plus que ce qu’il devrait. Malheureusement, les œufs sont importés d’autres pays et ils ne coûtent pas cher. Mais l’importation sera arrêté, selon Axel, à la grande joie des producteurs de volailles congolais. Deux poules étaient morts, et une poule ne placer pas les œufs. Il a des plans d’acheter des poulets nouvelles pour rajeunir le troupeau de volailles. En général, Axel a semblé être un agriculteur heureux.

Nous avons fait de notre prochaine visite à Demba. Il dirige un magasin général. Son entreprise est située dans une zone où il ya beaucoup de magasins, et vous pouvez trouver toutes sortes de vendre autant que l’œil peut voir. C’est une expérience spéciale pour visiter un marché au Congo. Les odeurs et l’atmosphère sont tout à fait étonnante. Demba met de longues heures. Il ouvre à 8h00 et se termine à 23h00. Parfois, sa femme et ses enfants lui venir en aide dans le magasin. Son chiffre d’affaires journalier est compris entre 20 et 40 mille francs congolais, qui est l’équivalent de 20 $ à 45. Il dispose d’une marge générale de 20% sur la marchandise, et il pense qu’il se porte bien.

Notre entrepreneur suivant est Jean-Pierre. Il est un avocat et un professeur, mais veut être un entrepreneur aussi. Il possède un camion pour les transports aux sites de construction de routes et de construction de logements. Le camion est dans la dernière étape d’un remplacement des moteurs et autres réparations. Il sera en activité le mois prochain. Jean, le chauffeur, est venu pour démarrer le moteur alors que nous étions là, et il semblait très bien fonctionner.

Ensuite, nous avons visité Philippe Nlandu. Sa première idée était de garder les poules et les cochons, car il possède une petite propriété. Mais les animaux ont été tiré sur une maladie, et il a dû quitter ce secteur d’activité. Actuellement, il travaille avec le commerce avec les produits de l’usine de ciment de Lukala, situé à l’extérieur de Kimpese. Il dispose d’un stock de 12 tonnes, et il vend une moyenne de 10 sacs par jour. Son prix d’achat est de 12 $ par sac, et son prix de vente est de 13 $.

Puis nous avons visité Augustine, qui dirige un élevage de volailles avec 735 poules. Malheureusement, son entreprise a été victime de cambrioleurs qui ont volé 200 poules. Les poules pondent entre 620 à 630 œufs par jour. Augustine vend ses œufs aux restaurants, les acheteurs et les épiceries. Elle a également souffert de la hausse des prix des aliments pour volailles, mais elle prévoit de commencer à produire du forrage elle-même. Elle peut obtenir à la fois une meilleure qualité et un moindre coût grâce à une production propre. Les poules consomment 125 kg de fourrage par jour. Lorsque les poules sont 18 mois, ils sont abattus. Augustine renouvelle son troupeau de volailles régulièrement. Quand on avait inspecté la ferme avicole, nous avons été invités dans sa maison sur un Coke. Il a été très appréciée dans la chaleur congolais.

La dernière visite de la journée est allé à Muditu. Nos rapports avec lui n’a pas bien fonctionné. Nous avons eu une bonne passe à travers avec lui aujourd’hui, et nous sommes parvenus à une solution acceptable. L’une des préoccupations de nos entrepreneurs est l’impôt que on paye sur tous les biens que on achete, c’est à dire la valeur ajoutée (TVA). TVA a été introduite il ya quelques mois au Congo et il est fixé à 16%.

Une réflexion au sujet de « Les visites éducatives »

Les commentaires sont fermés.